A l'intérieur d'une soucoupe volante

Si vous avez déjà lu ma dernière rédaction sur ce forum de Language 8, vous vous demandez bien sûr si j'habite sur la planète Terre ou dans un vaisseau spatial extraterrestre. Vous savez que les petits hommes verts m'ont kidnappé quand j'ai essayé d'échapper à un Bigfoot. Maintenant, je vais raconter l'histoire de ma tentative de m'en échapper. Je vous garantis que tout est vrai.

D'abord, j'ai essayé de négocier avec les extraterrestres. Je leur ai dit : « Vous pouvez faire fondre toutes mes armes et ensuite fabriquer des jouets de métal. Je vais les donner aux enfants pauvres. »

L'un d'eux m'a répondu : « Nous les avons déjà fondu. Nous avons besoin du métal pour notre arme miraculeuse. »

Je me suis demandé pourquoi les extraterrestres ont avait besoin d'une arme immense, mais je n'ai dit rien. L'homme vert m'a montré une chambre où il y avait beaucoup de pierres bleues. Il m'a donné un gros marteau. « Vous devez gagner votre déjeuner », a-t-il dit.

« Qu'est-ce que vous voulez que je fasse ? »

« Brisez les roches. Brisez les roches jusqu'à ce qu'elles soient en poudre. Ce sera votre nourriture. »

Je savais que cette poudre bleue n'était pas de la bonne nourriture, et je trouvais cela ridicule. J'ai commencé à briser les roches de toute façon. J'ai eu peur de mettre ces hommes verts en colère. Il m'a laissé et j'ai brisé encore plus de roche. Je savais, cependant, que je ne pouvais pas continuer à casser des pierres. J'avais besoin d'y échapper avant que je ne m'épuise. La porte était verrouillée mais elle n'était pas très solide. Je l'ai frappé fort avec le marteau – encore et encore ! Tout à coup j'ai défoncé la porte. J'ai couru dans le couloir jusqu'à ce que j'aie trouvé une porte qui me semblait importante. Je l'ai défoncé avec le marteau. A l'intérieur de la chambre, j'ai trouvé un petit homme vert et une petite femme verte ensemble dans un lit. Ils ont crié : « Ooooooooohhhhhhhh ! »

« Excusez-moi ! Pardon, pardon ! » ai-je dit.

J'ai couru plus loin dans le couloir jusqu'à ce que j'aie trouvé une autre porte. Un écriteau disait en anglais : « La chambre du capitaine ». Il est parfaitement logique qu'il ait été écrit en anglais. J'avais appris grâce à Star Trek que tous les extraterrestres parlent toujours l'anglais même s'ils viennent de loin, comme 3 millions d'années-lumière. J'ai enfoncé la porte.

A l'intérieur j'ai trouvé Elvis Presley.

« Bonjour, Monsieur ZeCat » a-t-il dit.

« Bonjour ».

« Est-ce que vous aimez mon vaisseau spatial ? »

« Oui. Très bien, mais ... »

« Quoi ? »

« Je ne comprends pas. Je pensais que vous étiez mort. »

Il a ri. « Toutes les personnes pensent que je suis mort. Nous avons fait un bon travail de feindre ma mort ».

« Nous ? »

« Les petits hommes verts et moi. Ils m'ont aidé. J'étais lassé de tout. »

« Vraiment ? Vous étiez pourtant adulé. »

« L'industrie de la musique était féroce. J'en étais malade.  Tout le monde m'embêtait toujours. J'avais eu besoin d'en échapper. »

« Et maintenant vous êtes le capitaine d'une soucoupe volante ? »

« Oui ! C'est surprenant, n'est-ce pas ? »

« Vous pourriez jouer de la musique partout dans le monde entier. Tout le monde vous aime. »

« Je faisais déjà cela. Je n'étais pas heureux. Aujourd'hui, je suis à la tête d'un vaisseau spatial avec une mission très importante. »

« Quoi ? »

« La livraison du vigna unguiculata à Alpha Centauri. »

« Je ne connais pas ce vigna …. »

« Vigna unguiculata. C'est le nom scientifique pour les pois à vaches. »

« Vous livrez les pois à vaches de la Terre à Alpha Centauri ? »

« Oui. C'est très important. Les hommes verts aiment vraiment ça. »

« Quand est-ce que les hommes verts vont contacter le Président ? »

« Jamais. Ils ne sont pas intéressés par les humains. Ils voyagent vers la Terre seulement à cause des pois à vaches. »

« Je crois que vous avez besoin de repenser à tout cela. »

« Pourquoi ? »

« Les hommes verts bâtissent une arme miraculeuse. J'ai peur qu'ils vont détruire la Terre. »

« Ha ha ha ha ! Pas de soucis, mon ami ! Ha ha ha ha ! »

«Qu'est ce qu'il y a ? »

« La arme miraculeuse est une ouvre-boîte. »

« Une ouvre-boîte ? »

« Oui. Imaginez : Vous avez des millions de boîtes de pois à vaches et votre ouvre-boîte est endommagé. Vous êtes à de nombreuses années lumières de la Terre. Vous seriez fâché, n'est-ce pas ? »

« Je serais prêt à parier qu'ils achètent des ouvre-boîtes à bas prix chez Walmart. »

« Probablement. Pour cette raison, l'objectif le plus important des hommes verts est de bâtir cet super ouvre-boîte.  »

« Ils ne vont pas me torturer à mort ? »

« Non. »

« Ils ne vont pas détruire le monde ? »

« Certainement pas. Ils veulent tout simplement manger des pois à vaches. J'ai consacré ma vie à les aider à faire cela. »

« Au fait … je dois vous poser une question. »

« Quoi ? »

« Vous êtes américain, n'est-ce pas ? »

« Oui. »

« Moi aussi. »

« Je suis né dans l'État du Mississippi. »

« Moi au Texas. Alors, pourquoi est-ce qu'on parle ensemble en français ? »

« Vous écrivez un article sur Lang-8, n'est-ce pas? »

« Oui. »

« Ce serait ridicule si vous l'écriviez en anglais, non ? »

« Oui. »

« Eh bien. Quand j'ai grandi dans le Tennessee, j'ai appris à parler français au cas où je serais le capitaine d'une soucoupe volante et aurais besoin de parler en français avec un autre Américain qui apprenait cette langue. »

« Je comprends. Merci. »

Eh bien. Elvis est retourné avec moi sur Terre. Il m'a offert un travail. Il me paiera 10 milliard de dollars en or par an si j'acquière 500 tonnes de pois pour tous les vaisseaux. Il y a 12 vaisseaux par an. J'ai accepté son offre. C'était mieux que mon dernier emploi. J'avais travaillé dans un entrepôt où on fabrique des jouets pour dix dollars de l'heure. Ma gérante était une femme qui me tyrannisait. Là j'avais dû porter le fret très lourd en même temps que ma gérante dévorait des bon-bons et s'amusait avec des jouets. Elle avait l'air choqué quand je lui ai dit que je travaillerais pour Elvis et les extraterrestres.

Maintenant, j'ai une organisation qui aide les Bigfoots défavorisés. Nous leur fournissons des bananes. Je suis heureux. J'aime mon travail et je n'ai pas besoin d'armes.

Fin


Inside the Flying Saucer

If you read my last essay for Language 8, you're asking yourself if I live on the planet Earth or in an extra-terrestrial's spaceship. You know that the little green men kidnapped me when I was trying to escape from a Bigfoot. Now I'm going to recount the story of my attempt to escape. I guarantee everything is true.

First I tried to negotiate with the space aliens. I said, “You can melt down all my weapons and make toys out of the metal. I'll donate them to poor children.”

A green man said, “We've already melted them down. We need the metal for our wonder weapon.” I wondered why the extraterrestrials needed a large weapon, but I didn't say anything. The green man showed me a room where there were many blue stones. He gave me a sledge hammer. “You need to earn your keep,” he said.

“What do you want me to do?”

“Break the rocks. Break the rocks until they're powder. That will be your food.”

I had known the blue powder was not good food, but this was ridiculous. I started breaking the rocks anyway. I was afraid of making the men angry. The man left and I broke more rocks. I knew, however, that I could not keep breaking rocks. I needed to escape before I became exhausted. The door was locked, but it was not very strong. I hit it hard with the sledge hammer – over and over! Suddenly I broke it. I ran down the hallway until I found a door that looked important. I broke it with the sledge hammer. In the room I found a little green man and a little green woman together in a bed. They yelled, “Oooooooohhhhhh!”

“Excuse me! Sorry, sorry!” I said. I ran farther down the hallway until I found another door. A sign read in English, “Captain's Quarters.” It makes perfect sense that it was written in English. I had learned from Star Trek that extraterrestrials always speak English even if they come from 3 million light years away. I broke down the door. Inside I found Elvis Presley.

“Hello, Mr. ZeCat,” he said.

“Hello.”

“Do you like my spaceship?”

“Yes. Fine, but ….”

“What?”

“I don't understand. I thought you were dead.”

He laughed. “Everyone thinks I'm dead. We did a great job faking my death.”

“We?”

“The little green men and I. They helped me. I was sick of everything.”

“Really? You were famous and beloved.”

“The music industry was cutthroat. I was sick of it. Everyone was always bugging me. I needed to escape.”

“And now you're the captain of a flying saucer?”

“Yes! It's magnificent, isn't it?”

“You could play music all over the world. All the world loves you.”

“I already did that. I wasn't happy. Today I command a spaceship with a very important mission.”

“What?”

“The delivery of vigna unguiculata to Alpha Centauri.”

“I'm not familiar with vigna ….”

“That's the botanical name for black-eyed peas.”

“You deliver black-eyed peas from the Earth to Alpha Centauri?”

“Yes. It's very important. The green men love them.”

“When are the green men going to contact the President?”

“Never. They're not interested in humans. They travel to the Earth solely for the black-eyed peas.”

“I think you need to rethink that.”

“Why?”

“The green men are building a wonder weapon. I'm afraid they'll destroy the Earth.”

“Ha ha ha ha! No worries, my friend! Ha ha ha ha!”

“What?”

“The wonder weapon is a can opener.”

“A can opener?”

“Yes. Imagine: You have millions of cans of black-eyed peas and your can opener is broken. You're several light years from the Earth. You would be angry, wouldn't you?”

“I'd bet they bought the can openers at a low-priced Walmart.”

“Probably. For that reason their most important goal of the green men is to build that super can opener.”

“They're not going to torture me to death?”

“No.”

“They're not going to obliterate the Earth?”

“Certainly not. They just want to eat black-eyed peas. I've dedicated my life to helping them do that.”

“By the way … I need to ask you a question.”

“What?”

“You're American, right?”

“Yes.”

“Me too.”

“I was born in the State of Mississippi.”

“I was born in Texas. Well then, why are we talking to each other in French?”

“You need to write an essay for Lang-8, don't you?”

“Yes.”

“It would be ridiculous if you wrote it in English, wouldn't it?”

“Yes.”

“Well then. When I was growing up in Tennessee, I learned to speak French just in case I was ever the captain of a flying saucer and I needed to speak French with another American who was learning that language.”

“I understand. Thanks.”

Well …. Elvis returned to the Earth with me. He offered me a job. He would pay me 10 billion dollars per year if I would acquire 500 tons of peas per ship. There are 12 ships per year. I accepted his offer. It was better than my previous employment. I had worked in a toy warehouse for ten dollars an hour. My cranky boss had been a tyrant. I had to carry the very heavy freight while the cranky lady scarfed down candy and amused herself with the toys. She was shocked when I told her I would be working with Elvis and the extraterrestrials.

Now I have an organization that helps disadvantaged Bigfoots. We provide them with bananas. I'm happy. I love my work and I don't need any weapons.

The End